Doctor's Review: Medicine on the Move

September 21, 2017
Bookmark and Share

Depression in youth / La dépression chez les jeunes

Be on the look out, early treatment is imperative / Soyez vigilant, car le traitement précoce est la clé


Faire défiler pour la version française


Youth has been associated with greater risk of mental health problems and social stress, and is often the time when mental illnesses, including depression, begin to manifest.1-5 According to recent Canadian community health surveys, 12-month rates of mood disorders were highest in the age group from 15 to 24 years (5.3% of males and 9.0% of females met the criteria for depression).6 Depression in younger people affects psychosocial development and academic and social functioning. Further, it heightens the risk for specific problems such as eating disorders, alcohol/substance use and suicide.1,4,5 Data from a 2012 survey showed that 15- to 24-year-olds (especially males) had the highest 12-month rates of substance use disorders (11.9%).6 In 2009, suicide ranked as the second leading cause of death (after accidents) in 15- to 34-year-old Canadians.7

Early treatment and support are essential, as mental health issues can continue to plague people throughout their lives (worse overall health, psychosocial/functional impairment as well as diminished quality of life).1,3,5 Increased awareness among family physicians of the symptoms and behavioural issues related to depression in younger people can help to improve diagnosis and treatment.5,8

Adolescent turmoil or depression?

Depression in younger people is frequently unrecognized or underestimated in healthcare settings, especially in the absence of serious physical symptoms.5 Adults (parents and physicians) may confuse symptoms with the “normal” ups and downs or oppositional behaviour typical of adolescence. Also, young people often do not talk about their troublesome moods or feelings, or may not attribute these to something requiring attention.2,4,8

While diagnostic criteria for depression are the same across age groups, symptoms in adolescents may present more on the spectrum of anger, irritability, trouble with social interaction and disruptive behaviour. Things to look for include:

• intense mood swings
• loss of interest in usual pastimes
• low self-esteem, excessive self-consciousness or self-blame (being overly critical or hard on oneself, feeling others criticize you)
• disturbance of sleep/eating habits
• difficulties concentrating (avoidance or inability to complete school work)
• unusual antisocial and/or disruptive behavior
• physical symptoms like delayed puberty (pointing to a possible eating disorder), unexplained weight loss or gain, fatigue, headaches, stomach aches
• alcohol and/or drug use2,4,8

When making the diagnosis of depression, one should rule out other causes such as medical conditions (e.g. diabetes, hypothyroidism), medication effects, coexistent substance abuse or comorbid mental conditions (attention-deficit hyperactivity disorder, anxiety or bipolar disorder).4,5,8


Ask pointed questions Canadian Network for Mood and Anxiety Treatment guidelines recommend the PHQ-9 (Patient Health Questionnaire-9) for case-finding and monitoring.9 A modified version for adolescents, designed to evaluate the frequency (e.g. not at all, several days, more than half the days, nearly every day) and severity of symptoms over the previous two weeks or longer, can be found at www.integration.samhsa.gov. Examples of questions include:

• Feeling down, depressed, irritable or hopeless?
• Feeling bad about yourself — or feeling that you are a failure, or that you have let yourself or your family down?
• Trouble concentrating on things like school work, reading or watching TV?
• Thoughts that you would be better off dead, or of hurting yourself in some way?

Campus crisis

Transition to university can be particularly challenging. In recent years, the incidence as well as the severity of mental health issues among college/university students has increased significantly. Possible contributing factors are: academic and financial pressure, wider accessibility of postsecondary education, higher female-to-male ratio (women are more prone to depression than men), technology “addiction” (may be detrimental to social/coping skills) and unhealthy lifestyle choices.10

A 2012 Queen’s University report highlighted an increased demand for counselling at Canadian schools over the previous eight years, with a shift in primary focus to crisis intervention: 92% of counselling centres reported more students with psychological issues, 89% a spike in the severity of problems, and 97% a rise in the number of students on medication.11

The following table presents figures from the Canadian Consortium Reference Group of the American College Health Association-National College Health Assessment II Spring 2013 survey (representing 34,039 respondents from 32 Canadian institutions).12


Students reporting depressive symptoms or treated for depression within the last 12 months12
Felt hopelessness: Males 47%, Females 56.6%, Total 53.8%
Had trouble functioning due to depression: Males 33.3%, Females 39.4%, Total 37.5%
Felt exhausted (not from physical exertion): Males 79.2%, Females 90.7%, Total 86.9%
Considered suicide: Males 8.9%, Females 9.6%, Total 9.5%
Attempted suicide: Males 1.0%, Females 1.4%, Total 1.3%
Diagnosed or treated for depression: Males 6.7%, Females 11.4%, Total 10.0%

Depression is treatable

Recognition of the problem and early treatment with medication and possibly psychotherapy (i.e. cognitive behavioural therapy)13 are imperative to obtain remission as soon as possible and optimize response. Strong support — from family, psychologist, school and community — is also paramount. Emphasis should be on self-care: basics include maintaining good sleep, nutrition and exercise habits, engaging in pleasurable activities and learning to identify/confront negative thinking and behaviour.2,5



Version française

La jeunesse est associée à un risque accru de problèmes de santé mentale et d’anxiété sociale, et l’on constate que c’est souvent à cette étape de la vie que se manifestent les maladies mentales, dont la dépression1-5. Selon une récente enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, sur une période de 12 mois, les troubles de l’humeur étaient plus fréquents dans le groupe des 15-24 ans (5,3 % des hommes et 9,0 % des femmes répondaient aux critères de la dépression6). Chez les jeunes, la dépression a des répercussions sur le développement psychosocial et le fonctionnement scolaire et social. De plus, elle accroît le risque de problèmes précis, comme les troubles de l’alimentation, la consommation d’alcool et de drogue, et le suicide1,4,5. Des données tirées d’une enquête réalisée en 2012 montrent que, sur 12 mois, le groupe des 15-24 ans (surtout les hommes) affichait le taux de troubles liés à l’utilisation de substances le plus élevé, soit 11,9 %6. En 2009, le suicide représentait la deuxième cause de décès (après les accidents) chez les Canadiens âgés de 15 à 34 ans7.

Un traitement précoce et un soutien sont essentiels, car les problèmes de santé mentale peuvent accabler les personnes qui en souffrent toute leur vie durant (moins bonne santé générale, troubles psychosociaux/fonctionnels, baisse de la qualité de vie1,3,5). En se montrant plus vigilants à l’égard des symptômes et problèmes comportementaux liés à la dépression chez les jeunes, les médecins de famille pourront améliorer le diagnostic et le traitement5,8.

Crise d’adolescence ou dépression?

Dans les services de santé, il arrive souvent qu’on ne reconnaisse pas ou que l’on sous-estime la dépression chez les jeunes, surtout en l’absence de graves symptômes physiques5. Les adultes (parents et médecins) croient parfois qu’il s’agit simplement des hauts et des bas ou des attitudes oppositionnelles caractéristiques de l’adolescence. D’autant plus que les jeunes parlent rarement de leurs humeurs et sentiments ou considèrent que ceux-ci ne méritent pas une attention particulière2,4,8.

Bien que les critères diagnostiques de la dépression soient les mêmes pour tous les groupes d’âge, les symptômes chez les adolescents s’apparentent davantage à la colère, à l’irritabilité, aux comportements perturbateurs et aux troubles d’interaction sociale. Voici les signes à surveiller :

• sautes d’humeur marquées
• perte d’intérêt pour les activités habituelles
• faible estime de soi, conscience de soi excessive, sentiment de culpabilité (être trop critique ou dur envers soi, sentir qu’on fait l’objet de critiques de la part des autres)
• perturbation des habitudes de sommeil/d’alimentation
• problèmes de concentration (refus ou incapacité de faire les travaux scolaires)
• comportement antisocial inhabituel/comportement perturbateur
• symptômes physiques (ex., une puberté tardive pouvant indiquer un trouble de l’alimentation), perte ou gain de poids inexpliqué, fatigue, maux de tête/d’estomac
• abus d’alcool ou de drogue2,4,8

Avant d’établir un diagnostic de dépression, il faut d’abord éliminer d’autres causes, notamment un problème médical (diabète, hypothyroïdisme), les effets d’une médication, un abus de substances coexistant ou la présence d’un trouble mental comorbide (trouble de déficit d’attention avec hyperactivité, trouble anxieux ou trouble bipolaire4,5,8).


Poser des questions précises Les lignes directrices de l’Association canadienne pour le traitement des troubles anxieux et de l’humeur recommandent le questionnaire sur la santé du patient (PHQ-9) pour le dépistage et le suivi9. Il existe une version modifiée pour les adolescents, qui évalue la fréquence (ex. : jamais, pendant plusieurs jours, plus de la moitié du temps, tous les jours) et la gravité des symptômes au cours des deux dernières semaines ou plus. Pour la consulter : www.integration.samhsa.gov. Voici un exemple des symptômes :

• Se sentir déprimé, irritable, sans espoir.
• Avoir une piètre opinion de soi – sentir qu’on a tout échoué ou qu’on a laissé tomber sa famille ou soi-même.
• Avoir de la difficulté à se concentrer pour le travail scolaire, la lecture, la télé.
• Penser qu’on serait mieux mort ou vouloir se mutiler.

La crise du campus

Le passage à l’université peut-être particulièrement difficile. Depuis quelques années, l’incidence ainsi que la gravité des problèmes de santé mentale chez les étudiants universitaires ont considérablement augmenté. Plusieurs facteurs sont en cause : la pression scolaire et financière, la plus grande accessibilité aux études postsecondaires, un ratio femmes-hommes plus élevé (les femmes sont plus vulnérables à la dépression que les hommes), une dépendance à la technologie (ce qui peut nuire aux aptitudes sociales et à l’adaptabilité) et de mauvaises habitudes de vie10. Selon un rapport de l’Université Queen’s publié en 2012, les demandes de counseling dans les écoles canadiennes ont augmenté au cours des huit années précédentes et concernaient principalement des interventions d’urgence : 92 % des services de counseling signalaient un plus grand nombre d’étudiants ayant des problèmes psychologiques, 89 % une hausse marquée de la gravité des problèmes et 97 % une augmentation du nombre d’étudiants médicamentés11.

Le tableau ci-dessous montre les données recueillies au printemps 2013 par le Canadian Consortium Reference Group of the American College Health Association-National College Health Assessment II (représentant 34 309 répondants de 32 établissements d’enseignement canadiens12).


Étudiants mentionnant des symptômes dépressifs ou ayant été traités pour dépression au cours des 12 derniers mois12
Sentiment de désespoir Hommes 47 %, Femmes 56,6 %, Total 53,8 %
Difficulté à fonctionner en raison de la dépression Hommes 33,3 %, Femmes 39,4 %, Total, 37,5 %
Sentiment d’épuisement (non causé par l’effort physique) Hommes 79,2 %, Femmes 90,7 %, Total 86,9 %
Pensées suicidaires Hommes 8,9 %, Femmes 9,6 %, Total 9,5 %
Tentative de suicide Hommes 1,0 %, Femmes 1,4 %, Total 1,3 %
Diagnostiqué ou traité pour dépression Hommes 6,7 %, Femmes 11,4 %, Total 10,0 %

La dépression se traite

Pour parvenir à une rémission rapide et optimiser la réponse, il faut reconnaître le problème et amorcer un traitement sans tarder, soit une médication et, si nécessaire, une psychothérapie (p. ex., une thérapie cognitivo-comportementale). Un solide soutien – famille, psychologue, école et communauté – est également primordial. Il faudrait mettre l’accent sur la prise en charge de soi : adopter de bonnes habitudes de sommeil, d’alimentation et d’exercice, participer à des activités agréables et savoir reconnaître et gérer les pensées et comportements négatifs2,5.

This article was accurate when it was published. Please confirm rates and details directly with the companies in question.

Comments

Showing 1 comments

  1. On May 18, 2016, Joseph Thavundayil said:
    Well written article. Good review.

Post a comment