Doctor's Review: Medicine on the Move

August 19, 2017

© Shutterstock.com

Bookmark and Share

Women and depression / Les femmes et la dépression

The female face of mental illness / Le visage féminin de la maladie mentale


Faire défiler pour la version française


“Gender is a critical determinant of mental health and mental illness. … Gender differences occur particularly in the rates of common mental disorders — depression, anxiety and somatic complaints. These disorders, in which women predominate, affect approximately one in three people in the community and constitute a serious public health problem.” — World Health Organization1


Clinical depression is a major underlying cause of illness-related disability in women; in Canada and worldwide, twice as many women as men are affected.1-6 The gender disparity is multifactorial, among other reasons, age-related. Women are prone to higher rates of depression than men throughout a good part of their lifetime, beginning in puberty and lasting until after menopause.2,5,7,8

Depression in women stems from a combination of genetic, biologic, psychologic and social factors. Causes unique to women include hormonal factors associated with reproductive cycles; depressive episodes are often linked to menstruation, pregnancy, the postpartum period, perimenopause and menopause. Psychosocial issues surrounding women’s complex roles/responsibilities as well as gender-related vulnerabilities are also critical components. 2,5,8

While the effect of depression is never identical from one individual to the next, there are some particular ways in which women’s experience is distinct from men’s.


Genetic factors: While not a prerequisite for developing the disorder, having a family history of depression puts women (as well as men) at greater risk. Genetic predisposition may also interact with environmental factors to increase the odds.5,6,8


Hormones: The impact of hormones on brain chemistry and mood, and the heightened sensitivity of some women to these hormonal fluctuations, contribute to the rise in depression at key periods during their lifetime.5,6,8


• Premenstrual dysphoric disorder (PMDD): Severe depression strikes some women up to two weeks before and one or two days into their menstrual period. Symptoms, including anxiety, irritability and mood swings, can be severe enough to hinder normal functioning and require treatment.5,6,8


• Perinatal depression: During pregnancy and after childbirth, women undergo hormonal changes and face lifestyle changes that can make them more susceptible to depression. While it is normal to feel somewhat “blue” after giving birth, more prolonged postpartum depression (PPD) can incapacitate some women. Typical symptoms include self-doubt, excessive crying, loss of pleasure and feelings of hopelessness and guilt.4-6,8 A previous history of depression can heighten a woman’s chances of developing PPD.6 Appropriate treatment and adequate support are essential for the well-being of the child and the mother, especially since one episode of PPD increases the risk of a subsequent event. 4,5


• Menopausal depression: While the transition between premenopause and menopause is relatively smooth sailing for some women, others have more difficulty coping with the symptoms and are at higher risk of depression. Once women reach menopause (a year after menstrual periods stop), depressive episodes are less common.5,6,8

Other reproductive-related factors — such as infertility, miscarriage, oral contraceptives and hormone replacement therapy (HRT) — have been linked to depression.2


Comorbid medical conditions: Depression is associated with a variety of serious medical conditions, including heart disease, stroke, cancer, Parkinson’s disease, multiple sclerosis, HIV/AIDS, thyroid conditions and diabetes. Further, it may exacerbate symptoms and worsen outcomes related to these illnesses.6,8 Depression can also coexist with eating or anxiety disorders, which occur more frequently in women.6 As well, attention deficit hyperactivity disorder (ADHD) is frequently comorbid with depression in women, and often underdiagnosed.9,10


Psychosocial issues: Women may respond differently than men to difficult or traumatic life events (e.g. loss of a loved one, relationship problems). Stress and conflict arising from women’s many diverse roles and responsibilities (work, family, social) may make them more prone to suffering bouts of depression. As well, women are more often victims of sexual/physical abuse, oppression, social inequality and lower socioeconomic status, all of which increase their susceptibility to depression.1,5,6,8

What does depression in women look like?

The following are some ways depression may manifest differently in women:
• Women have more frequent depressive episodes; they also report more symptoms, and greater severity of symptoms, than men.8
• Problems most commonly expressed by women include anxiety/stress, extreme fatigue, sleeping too much, appetite/weight increase, irritability, excessive crying, loss of interest (in habitual activities, relationships, sex) and more headache/body pain.5,8,11 On the other hand, men’s reactions tend more toward anger, aggression, substance use and self-destructive behaviours.11
• Suicide attempts number three to four times higher in women suffering from depression than in men, although men are more often successful.4,8
• Women have higher rates of seasonal affective disorder (SAD) as well as chronic depression (dysthymia) than men.2,4,5

Treatment considerations

Psychotherapy (e.g. cognitive behavioural therapy, interpersonal therapy) may be useful in women who are trying to conceive, in pregnant women or in breast-feeding mothers who do not wish to take medication.5

Antidepressants are equally effective in women and men, but women may experience more side effects.5 Newer first-line options (selective serotonin reuptake inhibitors, serotonin norepinephrine reuptake inhibitors and norepinephrine dopamine reuptake inhibitors) are associated with fewer adverse effects than older therapies.5,12

Antidepressants cross the placental barrier and may pose a small risk to the fetus during pregnancy, although studies vary. On the other hand, not initiating or stopping treatment for depression is not without harm and may increase the risk of recurrence. Women and their doctors should weigh the risks and benefits to mother and child when considering the use of antidepressants during pregnancy.6,12 First-line antidepressants (in recommended doses) are associated with extremely low levels in infants who are breast-fed. 6,12

There are no contraindications to taking antidepressants at the same time as HRT (used to alleviate menopausal symptoms).13

Tricyclic antidepressants may interfere with the effect of some oral contraceptives (e.g. increase of plasma levels and antagonism of antidepressant effects).13 As well, the herbal supplement St. John’s wort, sometimes used to treat mild to moderate depression, may reduce their effectivenes.6,13,14

Women are more likely to talk about it

The higher rate of depression among women might also have to do with the fact that women are more open than men about discussing their emotions, and may be more likely to seek help from their primary care providers.1,15 When they do bring up the subject, men’s description of emotional difficulties is often couched in terms of “stress” rather than depression.15 This may make depression more difficult to recognize in men.15 Interestingly, a recent study concluded that once the differences in the types of depressive symptoms experienced by men and women (e.g. men report more “nontraditional” symptoms) are accounted for, the gender discrepancies in the incidence of depression disappear.11



Version française

« Le sexe est un facteur déterminant de la santé mentale et de la maladie mentale… Les différences liées au sexe s’observent particulièrement dans les taux de troubles mentaux courants — dépression, anxiété et troubles somatiques. Ces troubles, où les femmes prédominent, affectent environ une personne sur trois dans la communauté et constituent un grave problème de santé publique. » — Organisation mondiale de la santé1


La dépression clinique est une des principales causes sous-jacentes d’incapacités liées à la maladie chez les femmes ; au Canada et à l’échelle mondiale, les femmes sont deux fois plus nombreuses à en souffrir que les hommes1-6. La disparité entre les sexes est multifactorielle et liée à l’âge. Les femmes affichent des taux de dépression plus élevés que les hommes pendant une longue partie de leur vie, allant de la puberté jusqu’au-delà de la ménopause2,5,7,8.

La dépression chez les femmes découle de facteurs génétiques, biologiques, psychologiques et sociaux. Certaines causes sont propres aux femmes, notamment les facteurs hormonaux liés aux cycles reproducteurs, et les épisodes dépressifs sont souvent associés aux menstruations, à la grossesse, à la période post-partum, à la périménopause et à la ménopause. Les enjeux psychosociaux qui touchent la complexité des rôles et responsabilités des femmes ainsi que les vulnérabilités liées au sexe constituent également des facteurs critiques2,5,8.

Les effets de la dépression ne sont pas les mêmes pour tous, mais l’expérience des femmes est à certains égards différente de celle des hommes.


Facteurs génétiques : Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’avoir des antécédents familiaux de dépression pour développer la maladie, ceux-ci en augmentent le risque – chez les femmes et les hommes –, tout comme l’interaction entre une prédisposition génétique et des facteurs environnementaux5,6,8.


Hormones : L’impact des hormones sur la chimie du cerveau et l’humeur, et la sensibilité accrue de certaines femmes aux fluctuations hormonales contribuent à la survenue de la dépression à des moments cruciaux de la vie5,6,8.


• Trouble dysphorique prémenstruel : Certaines femmes plongent dans une profonde dépression deux semaines avant leurs règles jusqu’aux deux premiers jours des règles. Leurs symptômes – anxiété, irritabilité et sautes d’humeur – sont parfois graves au point de les empêcher de fonctionner normalement et doivent être traités5,6,8.


• Dépression périnatale : Pendant la grossesse et après l’accouchement, les femmes sont plus vulnérables à la dépression en raison des changements hormonaux et des changements de vie. Il est normal d’avoir un coup de cafard après l’accouchement, mais certaines femmes font une dépression post-partum prolongée incapacitante. Le doute de soi, les pleurs excessifs, la perte de plaisir et des sentiments de désespoir et de culpabilité en sont les principaux symptômes4-6,8. Des antécédents de dépression augmentent les chances d’une dépression post-partum6. Un traitement et un soutien adéquats sont essentiels pour le bien-être de l’enfant et de la mère, en particulier parce qu’un épisode de dépression post-partum accroît le risque d’un futur épisode dépressif4,5.


• Dépression liée à la ménopause : Si la transition entre la préménopause et la ménopause s’opère sans heurt pour certaines femmes, d’autres ont plus de difficulté à vivre avec les symptômes et sont exposées à un risque accru de dépression. Une fois la ménopause établie (un an après l’arrêt des menstruations), les épisodes dépressifs sont moins courants5,6,8.

D’autres facteurs liés à la reproduction, tels que l’infertilité, les fausses couches, les contraceptifs oraux et l’hormonothérapie de remplacement, sont associés à la dépression2.


Troubles concomitants : La dépression est associée à diverses maladies graves, dont la cardiopathie, les AVC, le cancer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, le VIH/sida, les problèmes thyroïdiens et le diabète. Par ailleurs, elle exacerbe parfois les symptômes et aggrave les résultats liés aux maladies concomitantes6,8. La dépression peut aussi coexister avec les troubles de l’alimentation et de l’anxiété, qui sont plus fréquents chez les femmes6. Le trouble de déficit d’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) est fréquent chez les femmes dépressives et souvent sous-diagnostiqué9,10.


Enjeux psychosociaux : Il se peut que la réaction des femmes aux difficultés ou aux traumatismes de la vie (ex., perte d’un être cher, problèmes relationnels) soit différente de celles des hommes. Le stress et les conflits qui accompagnent les divers rôles et responsabilités des femmes (travail, famille, relations sociales) rendent parfois ces dernières plus vulnérables à des accès de dépression. Par rapport aux hommes, les femmes sont plus nombreuses à être victimes de violences sexuelles et physiques, d’oppression, d’inégalité sociale et de désavantage socioéconomique, ce qui accroît leur vulnérabilité à la dépression1,5,6,8.

PROFIL DES FEMMES DÉPRESSIVES

Voici quelques manifestations de la dépression chez les femmes :
• Par rapport aux hommes, les femmes ont plus d’épisodes dépressifs, mentionnent un plus grand nombre de symptômes et des symptômes plus graves8.
• Les problèmes les plus souvent soulevés par les femmes sont les suivants : anxiété et stress, fatigue extrême, hypersomnie, augmentation de l’appétit et du poids, irritabilité, pleurs excessifs, perte d’intérêt (pour les activités habituelles, les relations interpersonnelles, le sexe) et fréquence accrue des maux de tête et des douleurs corporelles5,8,11. Les hommes, quant à eux, mentionnent des réactions de colère, d’agressivité, d’abus de substance et de comportements autodestructeurs11.
• Les tentatives de suicide chez les femmes dépressives sont trois ou quatre fois plus nombreuses que chez les hommes, mais les tentatives des hommes réussissent plus souvent4,8.
• Les taux de trouble affectif saisonnier sont plus élevés chez les femmes que chez les hommes, tout comme la dépression chronique, aussi appelée dysthymie2,4,5.

CONSIDÉRATIONS SUR LE TRAITEMENT

Une psychothérapie (p. ex., thérapie cognitivo-comportementale, thérapie interpersonnelle) peut aider les femmes qui ne veulent pas prendre de médicaments parce qu’elles essaient de concevoir, sont enceintes ou allaitent5.

Les antidépresseurs sont également efficaces chez les femmes et les hommes, mais les femmes éprouvent parfois plus d’effets indésirables5. Les médicaments de première intention plus récents (inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, inhibiteurs de la recapture de la sérotonine et de la norépinéphrine et inhibiteurs de la recapture de la norépinéphrine et de la dopamine) sont associés à un nombre inférieur d’effets indésirables par rapport aux traitements plus anciens5,12.

Les antidépresseurs traversent la barrière placentaire et pourraient représenter un faible risque pour le fœtus, mais les études ne s’entendent pas sur ce point. Cependant, le report ou l’arrêt d’un traitement antidépresseur peut nuire à la patiente et accroître le risque de rechute. La femme enceinte doit donc examiner avec son médecin le pour et le contre, pour elle et pour l’enfant, de la prise d’antidépresseurs pendant la grossesse6,12. Les antidépresseurs de première intention (dans les doses recommandées) sont associés à des niveaux très faibles chez les nourrissons allaités au sein6,12.

La prise d’antidépresseurs et d’hormones de remplacement pour soulager les symptômes de la ménopause n’est pas contre-indiquée13.

Les antidépresseurs tricycliques peuvent nuire à l’effet de certains contraceptifs oraux (p. ex., hausse des concentrations plasmatiques et antagonisme des effets antidépressifs13). Par ailleurs, le millepertuis qu’on utilise parfois dans le traitement d’une dépression légère ou modérée peut réduire l’efficacité des antidépresseurs6,13,14.

LES FEMMES EN PARLENT DAVANTAGE

Le taux plus élevé de dépression chez les femmes pourrait s’expliquer en partie par le fait qu’elles parlent plus ouvertement de leurs émotions que les hommes et sont plus nombreuses à rechercher l’aide de leurs fournisseurs de soins primaires1,15. Les hommes, quand ils abordent la question, parlent de « stress » plutôt que de dépression pour décrire leurs difficultés émotionnelles, ce qui pourrait rendre la dépression plus difficile à reconnaître chez les hommes15. Fait intéresser à noter, une étude récente a montré qu’une fois prises en compte les différences dans les types de symptômes dépressifs vécus par les hommes et les femmes (ex., les hommes mentionnent plus de symptômes non traditionnels), les disparités entre les sexes dans l’incidence de la dépression s’éliminent.

This article was accurate when it was published. Please confirm rates and details directly with the companies in question.

Comments

Post a comment